Publié dans Adolescents, Connaissance des publics cibles, Thématiques

le « passage » des adolescents dans une société liquide

Du liquide comme « solide »

Toujours à changer…

Un jour c’est comme ça et puis un autre c’est comme ci…

Toujours le même constat sur les jeunes avec toujours les mêmes mots : lunatiques, inconsistants, changeants, « réversibles et impermanents » (Wyn et White, cités par Zittoun, 2008), bref jamais les mêmes…

Les causes ?

Soulignons-en deux, mais qui peuvent n’en faire qu’une.

  1. L’adolescence : une notion récente et « socialement construite ».

C’est ce que disent les observateurs en voyant se placer une « zone » entre la fin de la scolarité et le travail. Avant on passait de l’état d’enfance à celui de travailleur, maintenant on va au lycée ou au gymnase et on étudie pour être mieux à même d’affronter le monde, dit-on… Seulement cette vie entre deux, est loin d’être évidente qu’un adage moderne pourrait bien résumer : « tais-toi quand tu parles »… Encore enfant (celui qui ne s’exprime pas) et surtout pas adulte (celui qui a finit sa croissance).

2. La société bouge et est socialement déconstruite !

Qu’une société bouge ce n’est pas nouveau, mais qu’en revanche, les « problèmes dans la société croît à mesure qu’elle évolue. » (Bauman, Z., 2010), c’est assez nouveau. Pas d’évolution sans nouveaux problèmes en quelque sorte, à tel point qu’on a fini par dire de la société, à force de bouger tellement, qu’elle est « liquide » voire liquidé. C’est peut-être l’autre raison qui expliquerait le pourquoi de cette jeunesse si difficile à saisir.

Société liquide ?

N’ayons pas peur des mots, car c’est un peu ça… Prenons, ce qui dans le tissu social, permet d’accompagner l’évolution du jeune, le passage d’un état à un autre (par exemple de l’écolier à l’apprenti). Aucun de ces « rites de passage » ne fait sens pour tous les autres ; les vies sont tellement différentes et les chemins tellement personnelle… Le premier verre à 16 ans est une rigolade, les rôles que jouaient les sociétés de tir, les pompiers, la fanfare du village sont devenus de l’exotisme, voire du folklore, quant aux étapes religieuses… Qu’entendez-vous par là exactement ?

L’absence de « significations partagées » de ces liens aboutit aujourd’hui à « une privatisation des processus de construction de sens » (Zittoun, 2008).

Qu’est-ce qu’un rite pour un adolescents?

Quels conséquences ? L’adolescent devient, à défaut d’une autorité sociale, l’auteur de lui-même de ce qu’il met en place. Il se met au monde lui-même, il se créé et finalement ne s’autorise que lui-même (Le Breton, 2008).

Les « transitions » ont lieu alors que les jeunes accèdent à une « responsabilité symbolique » ; c’est à dire au moment où dans leur environnement les jeunes apparaissent comme responsables de ce qu’ils lisent, de la manière dont ils s’habillent, des films qu’ils vont voir, de la musique qu’ils écoutent, bref de ce qu’ils retiennent comme pertinent pour eux.

C’est au lycée en générale au contact des autres que cette responsabilité symbolique surgit.

Guy Labarraque

Sources :

Bauman Z. (2010), « l’amour liquide n’a que des agréments » Philosophie, Mars 2010, p. 58-63.

Le Breton D. (2008), « Rites de contrebande d’une jeunesse contemporaine», in La marque Jeune, Gonseth M.-O., Laville Y, & Mayor G. Neuchâtel, MEN, 2008, 146-151.

Zittoun T. (2008), « Tolstoï, la Bible et André the Giant : les ressources que les jeunes se donnent », in La marque Jeune, Gonseth M.-O., Laville Y, & Mayor G. Neuchâtel, MEN, 2008, p.174-175.

Advertisements

Auteur :

Pasteur et Aumônier de Gymnases dans le canton de Vaud

2 commentaires sur « le « passage » des adolescents dans une société liquide »

  1. La société est déconstruire aux yeux des valeurs et des cadres anciens. Elle est juste construire d’une toute autre façon que la société des boomers. La nouveauté, cest que nous avons une société qui a considérablement bougé en une génération ET des personnes dont l’espérance de vie leur permet de voir leur société disparaitre. Je comprends qu’ils s’inquiétent !

    Il existe bel et bien des rites de passage pour les adolescents. La possession d’un téléphone portable en est un. Sans doute, il ne s’agit pas d’épreuves telles qu’il pouvait s’en vivre dans les forêts de Casamance au moment de la circoncision. Nous n’avons pas les temps que donnait Van Gennep. Mais nous n’avons pas non plus à vivre dans la nostalgie de temps premiers.

    Ces rites avaient une signification et une fonction dans des sociétés données. Ils ne l’ont plus. Il est normal qu’ils soient remplacés par des formes nouvelles d’agrégation dans la société.

    J’allais oublier : l’adolescent ne se crée pas de lui même, sauf dans le fantasme de quelques uns, et, hélas, de quelques adultes. L’adolescent est intimement lié aux adultes et aux enfants. Ce sont eux qui, en partie, le définissent. C’est d’eux qu’il tient sa forme.

    1. Cher Monsieur,

      Merci de votre commentaire à propos de ce texte. J’aimerais bien que vous m’en disiez plus sur votre toute dernière remarque. L’expérience m’a montré que « nous » (pasteurs mais aussi parents, éducateur ou enseignants, etc) étions dans une réalité pas très éloignée de cette auto affirmation de soi.

      L’enjeu, pour ma part est en fait de voir le résultat auquel on arrive avec, vous imaginez, une autre série de questions.

      En tout cas merci de l’attention porté à mes lignes et au plaisir de vous lire.

      Recevez mes sincères salutations.

      Guy Labarraque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s