Publié dans Thématiques

Ethique et/ou morale ?

On a toujours du mal à distinguer ces deux notions parce qu’elles ont des origines différentes. Si l’une vient du grec (éthique), l’autre vient du latin (morale); est-ce à dire que ce peut être des termes interchangeables ?

Sans doute pas et c’est ce que j’aimerais mettre en valeur en soulignant en même temps l’interaction qu’il y a entre les deux.

Au fond la grande différence recoupe la différence qu’on a entre ce qui est « estimé bon » (l’éthique) et ce qui « s’impose comme obligatoire » (la morale). Pour préciser les choses on pourrait dire que l’éthique s’occupe de ce qui tend au bien et la morale ce qui, à une époque précise, s’avère être bien.

Spinoza (1632 – 1677) considérait tant l’éthique que la morale comme conduisant au bon, au juste ou au bien (que les philosophes spécialistes de la morale me pardonnent l’amalgame de ces trois notions qui, évidemment en philo, se nuancent…), mais l’une par l’obéissance (la morale) et l’autre par la raison (l’éthique).

Dans une appropriation moderne de cette nuance on pourrait dire que si la morale sert à qualifier les rapports de soi aux autres, l’éthique servirait à qualifier les rapports de soi à soi. La morale a cette idée d’extériorité et de valeur universelle et l’éthique celle de l’intériorité et de valeur personnelle.

Si dans notre réflexion, il importe de relier toujours les deux, l’histoire nous a montré qu’elles peuvent s’opposer et qu’il, est souhaitable qu’elles le soient parfois. Je fais référence évidemment aux états totalitaires qui ont une notion bien particulière de l’universel puisqu’ils le définissent en excluant telle ou telle partie de l’humanité et qui pour cette raison (mais pas seulement) entrent en conflit avec les conceptions des individus au sujet de ce qui est bien ou mal pour eux. Raison pour laquelle, je trouve intéressante l’idée d’avoir dans sa « besace » en permanence cette question existentielle : « et toi qu’en dis-tu ? » Question qu’on peut poser aux autres évidemment, mais aussi pour soi…

C’est une question qu’on a posé en tout cas un jour à Jésus à un moment où on lui amenait une femme reconnue comme adultérine et que la loi, l’usage commun, la morale du temps, condamnait à la lapidation.

Evangile de Jean 8,4b « « Maître, cette femme a été prise en flagrant délit d’adultère. 05 Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, qu’en dis-tu ? (…)  » 07 Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter la pierre. »»

On le voit, Jésus dans sa réponse, repositionne la morale « pour tous » à la mesure des valeurs de chacun, les siennes en tout premier lieu et par analogie, évidemment celles de ses interlocuteurs.

Guy Labarraque

Sources :

  • Beauvais, M. (2008), « Accompagner, c’est juger », in Education Permanente n°175, pp 123-135.
  • Cornu, D. (1997), Ethique de l’information, Paris, Puf.
  • Ricoeur, P. (1990), Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, p.200.

Evangile de Jean 8,1-11

Publicités
Publié dans Animations

Animation – Les fous du roi

Proposition

Pour comprendre l’animation suivante se référer à la présentation suivante :

Les fous du roi

Temps : 2 à 3 heures                    Ages : 15 – 16 ans

Groupe : 10 – 12 jeunes                Nombre d’animateurs : 3 dont 1 théologien

Voici trois entrées possibles

1. Première entrée : sur le personnage de Willie Stark

  • Evaluer le fait que Willie Stark prenne la cause du peuple ?
  • Décomposer l’instrumentalisation de sa candidature au début
  • Voir comment fonctionne le premier discours qui « marche » du candidat Stark
  • Essayer de repérer dans les discours les phrases typiques qu’on peut taxer de manipulation ?
  • La foule peut aussi être intéressante à décrypter dans ce que le cinéaste essaye de montrer lors des discours ? On peut s’amuser à faire une description des visages qui sont représentés. Les fans de technique pourront prendre la chose du côté des différents plans, traveling et autres techniques de prise de vues, etc.

2. Seconde entrée : La trame du journaliste

(à mon avis plus intéressante parce qu’elle nous ramène plus facilement à nous)

  • Qu’est-ce qui fait que Jack Burden travaille pour Willie Stark ?
  • Comment interpréter le fait qu’il fasse toutes ces recherches et en particulier celle à propos du juge Irwin ?
  • Décomposer les arguments employés par Jack Burden pour décider Adam de prendre la direction de l’hôpital.

3. Troisième entrée: par les autres personnages

  • Comment évaluez-vous le rôle de la secrétaire de Willie Stark et du sénateur adjoint ? Quels rôles leur donnez-vous dans cette histoire ?
  • Expliquez l’acte final d’Adam au parlement de Louisiane.
  • Pourquoi Adam ne choisit-il pas de se suicider plutôt que vouloir tuer Le gouverneur ?

4. Thématiques plus fondamentales à propos des questions à se poser à propos du film

  • Se faire soi-même – salut par les oeuvres ;
  • La fin justifie t-elle les moyens : jusqu’où suis-je prêt à aller pour parvenir à mon objectif ?
  • Quel est le sens d’un engagement (jack Burden) : un idéal ou une revanche de sa condition de naissance ?
  • Comparer les destin de Willie Stark et Barak Obama peut s’avérer intéressant
  • Jusqu’où faut-il aller pour arrêter un homme politique corrompu (cf Bonhoeffer)

Suggestions

Pour être plus pointu, on pourra utiliser à profit quelques uns des axiomes de la communication de Paul Watzlawick

Textes bibliques à mettre en lien

Evangile de Jean 11,45-57 : pour le côté plus politique du film

Romains 3 :  pour l’universalisme du péché que nous révèle le film

Genèse 2 : pour le pauvre Adam, tenté, mais toujours perdu dans ce monde de brut…